portrait-guy-ligier

L’expression « Homme de la renaissance » a été souvent utilisée ces derniers temps. Mais pour le cas De Guy Ligier, l’expression est bien appropriée. Au cours de ses 85 ans de vie, il a été un célèbre joueur de Rugby (joueur de l’équipe nationale française), un rameur (champion de France en 1947), un pilote de moto, et un pilote de Formule 1 et propriétaire d’une équipe de F1. Découvrez son parcours.

Clichy

Né le 12 juillet 1930 à Vichy, Guy Ligier a été orphelin à un âge précoce. Déterminé à réussir, il a obtenu son certificat d’études à l’âge de 14 ans, et il a travaillé en tant qu’assistant dans une boucherie durant la période où il a été une star du rugby. Il a accumulé assez d’argent pour se procurer d’un bulldozer d’occasion, et avec la dévastation de la France d’après-guerre, il ne lui a pas fallu longtemps pour fructifier son business. Il s’est lié d’amitié avec divers politiciens.

Vers la fin des années 1940, des blessures ont mis fin à sa carrière de rugbyman et l’ont lancé vers le sport automobile. Il s’est tourné vers les motos 500 cm3 et a remporté des compétitions « inter » en  1959 et 1960. Ensuite il s’est tourné vers les voitures de formule en se tournant vers la Formule Junior Eva, avant de s’orienter vers les voitures de sport. En 1964, conduisant une Porsche 904/4 avec Robert Buchet, Ligier a remporté une victoire au Mans.

Sa carrière de Formule 1 a commencé en 1966, à l’âge de 35 ans. Ligier a fait une douzaine de débuts au cours de deux saisons, avec son meilleur record, une huitième place, au Grand Prix d’Allemagne en 1967. La mort de son ami proche Jo Schlesser (qui a été tué lors d’un accident au Grand Prix de France en 1968) a convaincu Ligier de mettre fin à sa carrière en tant que conducteur professionnel et de se tourner vers la construction de voitures de course. Depuis, les voitures de course de Ligier ont porté la désignation JS, suivie d’un numéro de modèle, pour rendre hommage à Schlesser.

guy-ligier-portrait

En 1974

En 1974, la fermeture de Matra a encore ouvert une autre porte pour Guy Ligier, cette fois-ci en tant que propriétaire de l’équipe de Formule 1. Ses amis politiciens l’ont soutenu et il a obtenu le parrainage de sociétés d’État comme Elf Petroleum et SEITA (à travers la marque de cigarette Gitanes). Il a fait progresser les carrières de pilotes français comme Jacques Laffite, Patrick Depailler et Patrick Tambay. Parmi les 326 GP disputés, l’équipe a remporté 9 victoires, 9 pôles positions et 50 podiums de 1976 à 1996.

Ligier a quitté l’équipe qui a porté son nom à ce moment-là, en vendant son intérêt pour l’équipe à Cyril de Rouvre. Encore une fois, Ligier s’est orienté vers une nouvelle direction, cette fois-ci en investissant dans le marché des engrais et encore une fois accumulant une fortune grâce à ses investissements.

Décédé à l’âge de 85 ans le 23 aout 2015, son nom vit à travers les voitures de course Ligier construit par Onroak Automotive et la ligne de microcars qui porte son nom.