film-dunkerque

Présentation rapide du film

Dunkerque est un film réalisé par Christopher Nolan et qui traite de l’histoire de l’évacuation de la ville de Dunkerque en mai 1940 alors que l’armée anglaise est encerclée par les allemands et que les français essayent tant bien que mal à continuer à se défendre. C’est alors que les anglais tentent d’organiser leur extraction, l’extraction de leur soldat pour rapatrier une partie de leur armée et pouvoir la garder en réserve et l’utiliser à d’autres moments de la guerre. On va au cours de cette histoire suivre le parcours de plusieurs personnages. On va suivre un jeune soldat anglais que l’on récupère dans les rues de Dunkerque au tout début du film. Mais aussi un pilote de l’aviation, ou plutôt deux pilotes mais principalement l’un et on fera un lien avec l’autre plus tard. Et enfin une famille d’anglais dont le navire de plaisance s’est fait réquisitionné sur la plage de Dunkerque pour aller récupérer des soldats et les ramener en Angleterre.

dunkerque-film

Mon avis sur Dunkerque

Alors comme dans tous les films, il est important de suivre des personnages principaux dans lesquels les spectateurs peuvent s’identifier. Cependant, on suit ces personnages mais à la fin du film on est quasiment incapable de citer un seul prénom. Et c’est d’ailleurs le problème que j’ai avec ce film, et que j’ai d’ailleurs dans la plupart des films de Christopher Nolan. C’est-à-dire que le réalisateur ne fait que du réalisme, du factuel. En fait, son film, c’est « voilà ce qu’il s’est passé pendant une journée à Dunkerque pendant la journée d’évacuation ». Et c’est tout. N’attendez pas d’avoir des informations sur les personnages car vous n’en aurez pas, hormis peut-être un peu sur la famille anglaise. Du coup, ce pur réalisme fait que je ne me laisse pas embarquer dans le film, qui doit rester un moment d’évasion. En effet, on ne peut pas réellement se sentir dans les scènes en raison de la façon de monter celles-ci. La bande son ne participe pas non plus à embarquer le spectateur avec lui. Assez mécanique et répétitive, elle pose tout de même une atmosphère stressante. Les bruits font ressortir un certain stress, une certaine tension dans plusieurs scènes. Je note particulièrement une scène dans laquelle un pilote est en train de se noyer dans un cockpit, la musique est assez prenante, mais en raison du manque d’attache que l’on a pour les personnages, ça aurait bien pu être n’importe lequel d’entre eux qui mourrait, j’en aurait rien eu à faire. Et c’est ici que se pose les limites du cinéma de Christopher Nolan. C’est pourtant la tradition de ce réalisateur de ne pas s’attarder sur les personnages. Ils sont souvent sans grande personnalité, mais alors dans ce film on atteint un paroxysme. C’est-à-dire que le héros principal peut mourir sans même que cela ne m’attriste un peu.
Au final, c’est un film à prendre comme un reportage historique mais qui m’a bien déçu je dois dire. C’est pourquoi je vous invite à vous faire votre propre avis.