Ma première pêche : les étapes pour bien débuter

peche-en-mer-2

Un tiers des Français sortent régulièrement l’artillerie lourde pour aller à la pêche. Si la pratique n’a plus pour but de trouver de quoi se nourrir, elle demeure une activité de choix pour ceux qui ont une prédilection pour les activités sur l’eau. Voir mon entourage sortir leur canne à pêche m’a donné envie de me lancer ! Après des mois d’hésitations et quelques déboires pour trouver le bon équipement, me voilà fin prêt pour attraper mes premiers poissons. Pas encore sûr de ce que je dois faire. Mais avec tout de même une pointe d’amusement dans l’âme à la perspective de savourer mes prises à la fin de la journée.

Apprendre les règles

peche-lacLa pêche ne se résume pas à mettre à l’eau un appât accroché au bout d’une ficelle. Comme pour tout, il y a des règles à suivre pour ne pas cumuler les faux pas. J’ai par exemple appris sur le tas que l’on ne pouvait pas pêcher n’importe où, sous peine de se faire verbaliser ou pénaliser. Pas de panique : ce ne sont pas les structures dédiées à la pêche qui manquent en France. J’ai choisi de participer à un de ces ateliers des fédérations de pêche pour voir ce qu’il en était. Je pense que c’est un des meilleurs moyens de commencer pour ceux qui n’ont encore aucune base ! Malgré tout, je n’ai pas été en reste de problèmes quand pour ma première pêche seul !

Le matériel pour débuter la pêche

Posséder une canne à pêche ne suffira pas pour aller attraper quelques poissons. Il faut aussi avoir le fil et l’hameçon qui va avec. Eh oui ! Le tout n’est pas obligatoirement livré ensemble, et il faudra vérifier avant de courir les lacs. Le matériel doit aussi comprendre un panier, des plombs, des flotteurs et des appâts. Tout un arsenal qui n’est pas très difficile à trouver dans les magasins spécialisés, et qui se transporte facilement. J’ai personnellement opté pour un modèle de canne à pêche à emmanchement, qui m’a été conseillé par un ami pêcheur de logue date. Elle a une bonne résistance et ne m’obligera pas à investir dans un autre prototype avant un bon moment. En visionnant quelques tutos sur la toile, j’ai plus ou moins pu m’entrainer avant le grand jour.

Puis la pratique

peche-en-merJ’ai été assez nerveux pour ma première journée de pêche. Dès le départ, le mal de mer m’a donné des envies de suicide et regretter fortement de ne pas être devant mon ordinateur à jouer sur un casino en ligne. Mais c’est vite passé avec quelques comprimés de Vogalib. Heureusement, car mes amis commençaient déjà à lancer leur ligne. Avant d’en arriver là, j’ai dû poser mes appâts… un grand moment de solitude durant lequel le sentiment de dégoût et l’envie de rire m’ont pris de court. Difficile avec les vers qui restent les appâts naturels les plus accessibles. J’ai par la suite découvert qu’il existait des appâts artificiels, et qu’il était possible de les choisir en fonction de leur couleur. Au final, je suis rentré avec une petite prise, et une envie de retourner pêcher dès que possible.

Mon avis perso sur le Casino “Madame Chance”

madame chance

madame chance

Salut les p’tits potes, c’est Judas !

Aujourd’hui je vous fais un petit article à la bien cousin, pour vous parler d’un nouveau casino en ligne grave à la mode : Madame Chance.

Alors, pour commencer vous allez me dire :

Hé Judas, tu l’as trouvé où ce site de jeu ?!

Et bien je vais vous la faire courte, j’étais en train de me promener sur le site http://machineasous.casino/, et j’ai vu que leur dernier article sur “Madame Chance“. Étant un mec de nature curieuse comme vous aurez pu le remarquer, je vais jeter un œil à la dites présentation, et je me dis, ouais ok, ça a l’air pas mal, et en plus j’ai le droit à un bonus cadeau, qui refuserait une offre pareil sérieux ?

Et bien pas moi ! Ni une ni deux j’ai créé mon petit compte, et j’ai commencé à me balader sur le site.

Alors Judas, tu en penses quoi de Madame chance ? …

… cria une petite voix dans ma tête.

Et bien je vais commencer par vous parler de ce que je vois. Franchement, il faut avouer qu’ils ont bien géré l’aspect graphique du site. On peut même dire qu’il est carrément sexy ce casino en ligne. Je ne sais pas plus comment s’appelle se style, mais en tout cas, je valide !

Support madame chance Histoire de voir rapidement si c’est un casino de qualité, je suis aller discuter avec le support client.

Elodie me répond super rapidement, et c’est un vrai ange, elle est super sympa, me propose un pack bonus de bienvenue (j’ai bien fais d’aller parler avec ;)), bref de quoi me mettre bien dès le début !

Je fais un rapide tour de ce que propose le casino. On a le droit aux jeux habituels (d’un coté, on ne change pas une équipe qui gagne) :

  • Machine à sous
  • Jeux de tables & jeux de cartes (Roulette, blackjack et tout le tralala)
  • Video Poker
  • Keno

Gros point positif à noter, la présence d’un casino en direct, et ça, ça n’a pas de prix. Franchement je trouve ça génial comme concept. Tu te sens comme au casino alors que t’es comme un gros no life devant ton mac.
Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, un live casino correspond à des tables de jeux où des vrais croupiers sont en actions et où toi, petit internaute du web, tu peux jouer comme dans un établissement de jeu classique.

Ce style de jeu commence vraiment à se démocratiser. On en trouve dans la majorité des gros casinos, et surtout dans les nouveaux qui se lancent et qui souhaitent vraiment se démarquer de la concurrence. D’un coté, pour être franc avec vous, je vous déconseille de jouer sur les casinos qui n’en ont pas. Pour moi c’est un signe de retard par rapport aux nouveautés.

Petit point négatif, la vérification d’identité a été un peu longue quand j’ai voulu retirer mes premiers gains (car oui, j’ai gagner un peu d’argent, la chance devait être avec moi ce jour là). Mais j’ai eu le droit à des excuses – et pour le coup ils avaient une bonne raison de m’avoir fait attendre un peu puisque comme un idiot j’ai oublié de fournir un document important -, et même un petit bonus pour recommencer à jouer rapidement et se faire pardonner.

Bref, Madame chance est vraiment un must des casinos en ligne pour le moment. J’en ai déjà testé quelques-uns, et je pense qu’il est passé favori de mon classement (que je garde secret, vous allez pas me voler tout mes spots de jeux ;)).

Sur ces belles paroles du jour, Judas vous souhaite de bien vous amuser. Cheers.

 

Orange is the new black: une série, une prison et des femmes

OITNB Orange is the new black affiche saison 4

Salut les gens, c’est moi Judas eheh. Oui toujours là, pas encore en enfer ! Comme je vous le disais dans ma présentation, je suis un mec simple qui se passionne pour des sujets très classiques tels que les séries et… les femmes. Bingo ! Une série avec des femmes !! Parfait non ? Ouais, sauf que non. Rien que le générique te présente des gros plans de visages de femmes que même bourré tu en voudrais pas. Beurk. Bon après y en a des jolies quand même dans le casting mais critères de beauté mis à part, je voudrais vous parler de cette série que je suis depuis le début. J’en suis à la saison quatre (comme la pizza ahaha) et je trouve que les scénaristes parviennent à rester productifs, ce qui n’est pas forcément évident puisque tout se passe dans une prison. On pourrait penser qu’au bout d’un moment on en a fait le tour ! Certes sauf que de nouvelles détenues arrivent, même de nouveaux gardiens, nouveaux persos tout court. D’autres en revanche disparaissent. Par exemple, plus de Jason Biggs depuis la saison 3 ce qui est logique puisqu’il a rompu avec Piper en apprenant qu’elle le trompait avec Alex, son ex. Le petit ami de Daya aussi est absent de la quatrième saison (je ne me rappelle jamais de son nom…), etc.

saison 4 orange is the new black passages

Ce que j’aime bien dans cette série, c’est qu’on ne sait jamais trop sur quel pied danser. Parfois grotesque et donc drôle, parfois tragique et effroyable. Parfois on se dit que ce n’est pas du tout crédible et parfois au contraire, on se croirait dans le milieu pénitencier aux côtés des autres filles. Les personnages sont également tous très différents et très travaillés. J’adore les ellipses qui nous explique au fur et à mesure des épisodes et saison comment telle ou telle prisonnière en est arrivée là. Un même présent, une même maison mais pourtant toute un passé différent, des cultures, âges et niveaux de vie différents. Cela donne à réfléchir sur le melting-pot et le fait de pouvoir vivre tous ensemble. La série a été de nombreuses fois primée et j’ai lu que Netflix avait commandé trois nouvelles saisons donc je ne suis pas inquiet quant à l’avenir de la série même si la saison 3 m’avait quelque peu refroidi il faut bien l’avouer. Je ne suis pas du tout déçu par la saison 4, il ne me reste d’ailleurs que trois épisodes à regarder. Beaucoup plus sombre et réaliste que la saison 3. J’ai beau porter un nom de traître, je ne vous lâcherai aucun spoiler si ce n’est que Piper va mourir….. LOL je vous ai bien eu ahaha. Allez, à vous de me dire ce que vous en penser dans les comms !

Les 3 espions qui ont changés l’histoire

espionne-celebre

Hello c’est Judas, aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet qui m’intrigue particulièrement et me passionne même un petit peu : Les espion dans l’histoire!

Les espions, souvent connus de par les films au cinéma avec notamment le fameux James Bond, ils sont pour nous des personnages de fictions que l’on admire au travers de l’écran. On suit leurs histoires et leurs prouesses d’espionnage avec beaucoup d’attention.

Mais sachez que beaucoup d’espions ont existés et existent encore, ils sont d’ailleurs devenus célèbres de par leurs réussites aussi étonnantes qu’elles puissent être. Découvrons ensemble leurs histoires.

Mata Hari

Margaretha Geertruida Zelle est une espionne très célèbre de l’époque, d’origine Néerlandaise. Soupçonnée d’espionnage durant la Première Guerre Mondiale, elle était à la base danseuse à Paris et courtisane d’une douzaines d’amants qui faisaient partie de l’armée et du gouvernement.

Mata Hari a notamment été une source d’inspiration importante pour les développeurs de logiciel espions ( source : http://www.espionnerunportable.org/ ) !

Son but était de recueillir des renseignements auprès de ces hommes français hauts placés pour les fournir aux Allemands. Elle utilisait pour se faire ses charmes, afin de soutirer des informations aux Français. Elle fût arrêtée puis exécutée en Octobre 1917.

Commandant Yeo-Thomas : L’espion invisible

La référence à James Bond est inévitable dans un article traitant du sujet des espions qui ont changés l’histoire, ce commandant a d’ailleurs inspiré le livre écrit en 1953 Ian Fleming, il travaillait en tant qu’espion durant la Seconde Guerre Mondiale, au SOE, Special Operations Executive.

espion de warsaw

Ce commandant avait pour surnom à l’époque le « lapin Blanc », il était d’ailleurs connu des nazis en ce nom. Bilingue, il aidait les résistants français durant la seconde guerre mondiale. Il fut arrêté par la Gestapo, qui était la police secrète d’Etat du Troisième Reich et qui comptait parmi les responsables de l’extermination des juifs en Europe.

Il réussit à s’enfuir en 1945 des camps de prisonniers après plusieurs tentatives d’évasions, ce qui lui permis de recevoir la « Croix de George » comme récompense de ses actes de courage et de bravoure durant la Guerre.

Virgina Hall : Espionne de choix

Espionne durant la Seconde Guerre Mondiale elle était amputée d’une jambe. Cette femme très connue, était réputée comme étant la plus grande espionne Américaine.

Elle s’est fait passer pour journaliste du New York Post pour aider les résistants français et ce, durant une quinzaine de mois. Elle décéda en 1982 à l’âge de 76 ans, après avoir été récompensée de ses activités durant la Seconde Guerre Mondiale par la « Croix du service distingué » et aussi après avoir travaillé quelques années pour la CIA.

Beaucoup d’autres espions ont existé, la liste est très longue, tels que Kim Philby, Sidney Reilly, Nancy Wake, Ethel et Julius Rosenberg, Robert Hanssen et bien d’autres !

DOOM (4) : Une nouvelle version mythique !

DOOM

Salut à tous ! Aujourd’hui le Robin des bois des jeux vidéo va vous parler d’un classique du jeu vidéo : Doom (4). Si vous ne connaissez pas, sachez qu’ici on ne juge personne, mais qu’il faut tout de même songer à réparer cette ignorance rapidement, et pour ce faire, le Robin des bois est là, il vous a concocté un petit article récapitulatif.

Vous vous demandez surement pourquoi j’ai écrit Doom (4) entre parenthèses. L’explication est assez simple : Doom devait initialement porter le nom de Doom 4 mais ses concepteurs ont finalement opté pour l’économie de chiffres et simplement l’appeler Doom. Il est tout de même judicieux de rappeler que Doom a eu une version antérieure datant de 1993 ! Véritable pape du FPS, cette version là a rencontré beaucoup de succès. Les deux jeux font partie d’une longue série de jeu portant le même nom. Il y a de quoi perdre un peu la tête non ? Pour cet article, consacré à Doom 4, je parlerai ainsi de Doom (4).

Doom (4) donc, c’est longtemps fait attendre. Et pour cause : le projet est né 8 ans plus tôt, le 7 Mai 2008 pour sortir finalement le 13 Mai 2016 sur nos écrans. Le jeu est disponible sur ordinateur sur PC et sur console sur la Playstation 4 et XBox One. Le contexte historique, bien que différent du premier opus reprend la même intrigue : vous incarnez un marine US mais dans l’espace et plus précisément sur Mars. Mais avant de nous attarder sur le contexte, consacrons quelques paroles sur ceux qui sont à l’origine du projet : Doom a été développé par la société de développement de jeux vidéo texane id Software par Hugo Martin et Marty Stratton pour être enfin édité par Bethesda Softworks, société américaine.

Doom (4) est jouable à la fois en mode multi joueur comme en mode solo. Personnellement, j’apprécie autant l’un que l’autre. En mode solo, vous menez une campagne de 13 niveaux différents. Mettez un accent aux objets à récolter pour garnir votre arsenal de guerre, ils seront très précieux lors de votre duel final : l’affrontement du Big Boss à la fin de chaque niveau. Enfin, le mode multi joueur peut vous permettre, selon votre niveau, de vous faire aider par des joueurs mieux classés et inversement.

Même si Doom (4) possède un certain scénario, très peu de joueurs s’attardent finalement sur l’intrigue car l’objectif dans Doom (4) c’est de littéralement tout défoncer ! Au programme : créatures diverses, forces du mal et esprits malveillants, corps à moitié en décomposition, Doom (4) promet beaucoup de gore au fil de l’aventure. Chose assez appréciable mais dont le Robin des Jeux ne se doutait guère, Doom (4) vous offre la possibilité de choisir de très nombreuses armes. Au début, je pensais que c’était d’ailleurs un gros avantage mais mon avis a légèrement évolué. Car si Doom (4) est un jeu d’action gore dans lequel vous vous faites concrètement plaisir à tout liquider les personnages que vous devez exterminer sont eux aussi très nombreux et très variés. De fait, chaque arme doit être adapté à la créature que vous devez abattre car chacune possède ses propres caractéristiques. Vous devez donc les tuer en conséquences.

Bonne partie avec le Robin des Jeux !

C’est mon blog, où je m’assoie AAYAAYAYAYAYA

le lapin garou

Salutation à toi jeune voyageur du temps,

Je suis Judas, en effet, mon prénom est pas commun et je me demande chaque jour pourquoi mes parents m’ont appelé comme ça. Bref, là n’est pas la question.

Sur mon blog, tu vas pouvoir te divertir. Non je rigole, c’est un blog perso’ surtout parce que j’ai envie d’écrire et qu’apparemment ça fait bien sur un CV d’avoir un blog. Du coup j’ai décidé de lancer mon blog à mon nom #PersonnalBranding.

Mon blog va être assez simple puisqu’il parlera des choses que j’aime. Et vu que je suis un jeune homme comme les autres, qu’est-ce que j’aime à votre avis ?!

  • Jeux vidéo
  • Musique
  • Sport
  • Cinéma
  • Série
  • Les filles (tmtc morray)

Et voilà.

#TeamHap